Une question sur ce lot ?

vente

sam. 18 janvier à 14h00

expo

Jeu. 16 : 10h-12h/14h30-18h
Vend. 17 : 10h-12h/14h30-18h
Sam. 18 : 9h-11h

Lot n°180

[RÉGIMENT DE LA CALOTTE] - Recueil des pièces du Régiment de la Calotte - Paris ; Jaques Colombat, Imprimeur privilégié du Régiment, L'An de l'Ère Calotine 7726 [1726] - 1 volume In-18° - Frontispice gravé (armes du régiment), titre (cachet de bibliothèque), XX et 276 pages - Reliure de l'époque basane fauve (2 coins usés, 1er mors partiellement fendillé) - Dos à nerfs orné (coiffe supérieure absente et manque au 1er caisson) - Pièce de titre maroquin bordeaux - Tranches rouges - Ex-libris armoriés : au 1er contre plat : Petri Adamoli, l'autre à la 1ère garde blanche (quasi détachée) : Arthur Brölemann avec devise "viligentia et prudentia". Très rare édition et la seule, semble-t-il, de ce recueil.
Le régiment de la Calotte est 1 très active société festive et carnavalesque d'origine militaire fondée en 1702 par Philippe Emmanuel de La Place de Torsac et Étienne Isidore Théophile Aymon. Jusqu'en 1752 elle produit 1 quantité de documents manuscrits ou imprimés. Très structurée, n'existant peut-être déjà plus dans la société civile, la Calotte est interdite dans l'armée en 1779. Résistant à son interdiction, elle continue à exister dans le milieu militaire au moins jusqu'au début des années 1820. La calotte à laquelle il est fait référence n'est pas celle des ecclésiastiques mais la calotte de plomb dont on disait autrefois qu'il fallait coiffer celui qui avait la tête légère pour lui maintenir les idées en place. Le Régiment de la Calotte n'est donc autre que celui de la folie. Donner son brevet de calotte, ou enrôler dans le régiment de la Calotte, c'était donc déclarer quelqu'un fou, extravagant ou ridicule.

Adjugé 258,74 € frais compris